Dans la collectivité (ailleurs aussi !), on hérite souvent de son équipe. Or la constitution d’un Comité de Direction (codir) est essentielle au fonctionnement opérationnel de la collectivité. Et pourquoi cela ? Sincèrement, à quoi cela sert-il d’avoir un codir ? Au fond, quels sont les objectifs du DGS pour son codir, qu’en attend-il ? Et les membres, qu’en attendent-ils eux-mêmes ? Les bonnes questions que voilà …

Il me semble que plusieurs natures d’objectifs se croisent :

Des objectifs opérationnels

  • Travailler ensemble accroit la transversalité au sein des services représentés dans le codir. L’information circule, monte et descend.
  • Le codir est peut-être le lieu de la décision collective, ou de l’éclairage de la décision du DGS, ou l’enrichissement de la décision des membres.

Des objectifs relationnels

  • Les réunions sont un temps et un lieu de régulation des relations, elles permettent de se retrouver en équipe, entre nous, pour partager et prendre du recul ensemble, et aussi pour aborder entre nous les sujets qui fachent !
  • Le développement de la cohésion permet de renforcer les liens pour être plus fort face au éventuelles difficultés qui ne manqueront pas d’arriver.

Des objectifs structurels

  • Le codir est un lieu de développement des compétences de chacun: DGS et membres. Tant sur la manière de travailler que sur le contenu du travail, la réunion doit permettre à chacun de changer son regard, modifier ses pratiques, lever ses craintes, entrer davantage en relation avec ses collègues …
  • Mettre en face de l’équipe « municipale » (les élus) une équipe « administrative » (les agents)
  • Ce codir, c’est peut-être aussi une reconnaissance pour les cadres qui y participent. Ainsi, ils portent le codir « à la boutonnière » !

Il me semble que l’identification de ces objectifs, leur clarification et leur communication est nécessaire à la constitution, au fonctionnement et à la croissance du codir.

On en reparle si vous voulez.

Pin It on Pinterest

Share This